Il faut se l’avouer il n’est pas aisé de voyager avec son chien si on ne se prépare pas et si on ne s’équipe pas suffisamment. L’objectif est de pouvoir lui offrir les meilleures conditions de sécurité possibles en optimisant son confort. La dimension médicale et législative a également une importance capitale afin de s’éviter des complications indésirables pendant ses vacances. Nous allons vous présenter quelques conseils pratiques pour que vos futurs voyages avec votre boule de poil ne soient que partage et découverte.

Comment l’habituer à être transporté ?

Entre le stress et d’éventuels soucis de mal de transport (vomissement et / ou diarrhée) il est impératif d’habituer son animal à être transporté de façon totalement sécurisée. Nous avons une préférence pour les cages de transport. N’oubliez de bien vous assurez qu’elle est adaptée à son gabarit. Votre chien doit pouvoir se tenir debout et se retourner. Choisissez un mode de fermeture solide plutôt basé sur un système à ressort, ce qui le rend moins facile à ouvrir par votre chien. Pour les plus petits gabarits il existe une gamme de sacs de transports qui lui offrent un cocon chaleureux et sécurisant. Il est vrai que certains spécimens vont s’habituer immédiatement à être transporté grâce à une cage de transport ou un sac de voyage canin. Malheureusement ils ne sont qu’une minorité. Avant de se lancer dans un périple qui va nécessiter plusieurs heures d’immobilité et / ou de convoyage dans un coffre ou une soute il est impératif d’entraîner son chien de compagnie à l’usage de ces outils. 

Nos conseils éducatifs

N’oubliez jamais que l’impact d’un outil éducatif dépend principalement de son utilisation. La cage de transport (ou le sac) ne fait pas exception à la règle. Afin de s’assurer le voyage se passe sans encombre anticipez vos besoins en apprenant à votre animal à entrer, sortir et être soulevé en cage. Pour cela reposez-vous sur la méthode positive en renforçant positivement, à l’aide d’une friandise alimentaire étape par étape :

- approcher de la cage

- entrer la tête dans la cage

- entrer la moitié du corps

- puis pénétrer complètement dans la cage en laissant la porte ouverte

- enfin fermer la porte 

Il est indispensable d’apprendre à son chien en s’appuyant sur un sentiment de confiance. Ne le brusquez pas. Respectez ses limites et ses angoisses tout en le motivant à se dépasser. Si vous décortiquez bien l’exercice en paliers progressifs, selon la méthode du modeling, votre chien trouve normal et rassurant d’aller dans sa boîte de voyage. Elle est conseillée, par exemple, dans le cadre d’une désensibilisation à l’absence de ses humains - chiot ou pathologie d’anxiété de séparation - puisqu’elle permet de sécuriser votre compagnon canin tout en contenant ses éventuelles destructions. Cela évite des départs anxieux et des retours, au mieux dépassés, au pire tendus.

Toutes les occasions sont bonnes pour travailler cet item : jeu éducatif parmi d’autres activités ludiques, rituel de départ dans la joie et la bonne humeur ou encore favorisation d’un repas dans le calme à l’abri d’un congénère ou d’un environnement trop bruyant. Soyez inventif !

Le cas spécifique de la voiture

En cage

Nous sommes nombreux à ne prendre toutes les précautions nécessaires pour que le transport de son chien soit le plus simple et le moins dangereux possible. 

Une fois encore la cage de transport est une excellente option puisqu’en cas d’accident ou de freinage brusque votre animal est contenu dans une cage adaptée à son gabarit. De la même manière, en cas de long trajet, lui offrir de bonnes conditions de voyage évite certains désagréments comme les vomissements et les excréments intempestifs. 

Concernant ce dernier point les réactions canines sont très inégales d’un individu à un autre. A l’instar de leurs humains une grande partie du problème repose sur une habituation progressive. Entre l’anxiété générée par le fait de se déplacer en voiture et d’éventuels dérèglements de l’oreille interne (qui gère la sensation de vertige) nos chiens peuvent avoir du mal, avant un moment, à supporter les voyages en voiture. Il est donc indispensable de multiplier les expériences pour que le fait de monter dans votre véhicule ne soit qu’une source de joie. Soyez patient puisque, dans certains cas, le mal du transport peut être sévère. Le cas échéant consultez votre vétérinaire-conseil pour une médication. Une cage suffisamment grande lui permet de se sentir plus à l’aise.

Sans cage

Si vous n’arrivez pas à vous résoudre à utiliser la cage de transport pour des raisons pratiques (votre voiture est trop petite par exemple) ou personnelles vous ne devez surtout pas mettre la sécurité de votre chien dans la balance. Dans l’idéal votre compagnon ne doit pas passer à l’avant avec vous pour éviter d’être une gêne à la conduite principalement. Installez une grille ou un filet entre l’espace de conduite et la partie arrière passager. Il existe des systèmes abordables qui s’installent facilement avec une garantie de sécurité sereine. Pour optimiser son confort passez lui un harnais conforme à sa taille qui permet de l’attacher au système de ceinture de sécurité sans contrainte au niveau du cou. Il doit avoir suffisamment de longueur pour se retourner et se déplacer sur la banquette arrière sans toutefois pouvoir passer à l’avant. Privilégiez un harnais renforcé et matelassé au niveau des aisselles et des épaules pour éviter les frictions trop importantes.

Nos autres astuces de voyage

Nous n’insisterons jamais assez sur la nécessité de donner à son animal de compagnie des conditions matérielles de voyage confortables et sûres. Cependant ce ne sont pas les seules choses à prendre en compte pour être certain de voyager avec lui sans embûche. Voici un petit florilège de choses à penser avant de partir :

- même si c’est obligatoire assurez-vous que votre animal est bien identifié via une puce électronique qui est la méthode recommandée pour transiter d’un pays à un autre (en Europe)

- ne partez jamais sans son passeport qui regroupe toutes les informations utiles de votre animal : son nom, votre adresse, son numéro d’identification, ses vaccins, etc.

- pensez à prendre un petit nécessaire médical pour les bobos pendant vos congés : produit désinfectant, compresses, nécessaire à pansement, protection des coussinets

- si vous voyagez en dehors de l’UE demandez l’obtention d’un certificat sanitaire international

- renseignez-vous bien en amont des obligations en termes de vaccination du pays où vous vous rendez pour éviter une quarantaine voire l’interdiction d’entrée sur le territoire

- si vous randonnez beaucoup envisagez de lui installer une puce GPS sur le collier / harnais si jamais il se perd sur la zone que vous découvrez ensemble. Une large gamme existe avec application dédiée