Lorsque l’idée d’adopter un chien et de l’intégrer dans son foyer se pose à nous il est essentiel de se poser les bonnes questions. Enfin surtout une : qu’est-ce que nous attendons de ce futur partenaire de vie ? Autrement dit quel type de relation allons-nous pouvoir construire avec lui en fonction de son tempérament naturel ? C’est un point incontournable à traiter pour éviter une adoption coup de coeur qui finit, malheureusement, trop souvent en un échec cuisant suite à une certaine forme d’incompatibilité de tempéraments.En résulte, au mieux, une relation bancale et difficile qui demande beaucoup de travail ; au pire, un abandon pur et simple du pauvre animal. Voici quelques conseils pour faire un choix raisonné de son futur compagnon canin.

Une approche par groupe canin

La Fédération Cynologique Internationale (ou FCI) classifie les différentes races de chiens dans des groupes représentatifs de qualités physiques et psychologiques générales. Bien évidemment si votre choix se porte sur un croisé il est un peu plus difficile de passer par ce biais, quoique certains traits sont plus visibles que d’autres. Cette approche est intéressante puisqu’elle détermine avec une certaine précision les prédispositions naturelles de son futur animal. Le travail des éleveurs, depuis des siècles, est de sélectionner un certain type de chiens pour renforcer des caractéristiques spécifiques tant intellectuelles que physiques ou comportementales. Un bémol à formuler : un grand nombre de caractéristiques sont communes à différents groupes. De plus d’une lignée à une autre nous ne retrouvons pas toujours les spécificités espérées.

Voici comment s’organise la nomenclature des groupes canins de la FCI :

Groupe 1 : Chiens de berger et de bouvier

  • chiens de berger comme le Malinois, le Beauceron ou le Border Collie
  • chiens de Bouvier comme le Bouvier des Ardennes


Groupe 2 : Pinscher, Schnauzer et Molossoïdes :

  • 1ère section : Pinscher et Schnauzer : Pinscher nain et Terriers noirs par exemple
  • 2ème section : Molossoïdes avec les types Dogues (ex : Cane Corse) et les chiens de type montagne (ex : Terre-neuve ou Montagne des Pyrénées)


Groupe 3 : Terriers

  • Grand et moyen : terrier de chasse allemand, Airedale terrier, etc.
  • Petit : terrier japonais ou tchèque par exemple
  • Bull : American Staff Terrier, Bull terrier mini
  • Agrément : terrier australien à poil soyeux, etc.


Groupe 4 : Teckels


Groupe 5 : Spitz avec 7 sections

  • nordiques de traîneau : Malamute, Husky, etc.
  • nordiques de chasse : chien d’élan suédois et norvégien
  • nordiques de garde et de berger : berger finnois de Laponie, etc.
  • Spitz européens : Volpino italien
  • Spitz asiatiques et apparentés : Chow-Chow, Eurasier, etc.
  • Primitif : Basenji par exemple
  • Primitif chien de chasse : chien thaïlandais à crête dorsale


Groupes 6, 7 et 8 regroupent un grand nombre de chiens de chasse avec de nombreuses sous sections 

  • chiens d’arrêt
  • chiens courants
  • chiens d’eau
  • chiens rapporteurs de gibier
  • chiens leveurs de gibier


Groupe 9 : chiens d’agrément et apparentés avec :

  • les bichons
  • les caniches
  • les petits chiens belges
  • les chiens nus
  • les chiens du tibet
  • les chihuahua
  • les epagneuls anglais d’agrément
  • les épagneuls japonais
  • les épagneuls continentaux
  • Kromfhorländer
  • les petits molossoïdes


Groupe 10 : les lévriers

  • poil long et frangé
  • poil dur
  • poil court


Un choix par style de vie

Il est indiscutable que nous avons tous des goûts particuliers en matière de beauté canine. Ce seul critère ne peut pas valider complètement votre choix de chien. Il est important que son apparence vous plaise. Cependant sa capacité à s’adapter à votre style de vie prévaut, à notre sens, sur ce point physique. Vous allez vivre de longues années avec votre partenaire à poil (plus ou moins long) et aux oreilles tombantes (ou bien dressées). Rien de mieux à ce qu’il s’intègre naturellement à votre espace de vie et vos activités quotidiennes.

Pour les casaniers

Les chiens dits d’agrément sont plutôt destinés à des adoptants qui désirent cohabiter avec un chien plutôt de petite taille et avec une demande de dépense énergétique limitée. Ce sont de beaux petits toutous qui plaisent à toute la famille et aux amis, et qui, comme leur nom l’indique, embellissent votre vie et votre intérieur. Avec quelques bases éducatives ils deviendront de parfaits compagnons à quatre pattes. Retrouvons ici les bichons maltais, l’épagneul tibétain ou encore le cavalier king charles.

Pour les sportifs

Un grand choix s’offre aux adeptes des sorties natures et à la dépense physique. Il est idéal d’avoir un partenaire canin, qui partage les mêmes besoins physiologiques, pour se motiver un peu plus à aller faire son running dominical. Par exemple avec le Husky, le Border Collie ou le Jack Russel (pour ne citer qu’eux) vous trouvez un partenaire d’entraînement idéal. Aucun effort n’est assez important pour les dégouter de vous accompagner. Quel que soit le temps ils ont besoin de sortir à l’extérieur avec vous.  Même si ce n’est que pour lancer une balle ou un Frisbee. Les maintenir occupés permet de s’éviter quelques déconvenues matérielles. Si vous êtes plutôt ambiance aquatique privilégiez les chiens d’eau tels le Golden Retriever ou le Terre-neuve

Pour la protection

Votre famille est le plus important à vos yeux. Vous sentez le besoin d’avoir un compagnon à poil qui peut dissuader les personnes mal intentionnées. De nombreuses races ont été sélectionnées dans ce but pour une sécurité maximale, que vous soyez là ou non. Parlons du Doberman ou encore du préféré des français le Berger Allemand. Le Malinois et le Rott weiller sont de très bons candidats. Très affectueux avec la cellule familiale ils sont de redoutables gardiens pour que vous vous sentiez bien protégés.

Pour la chasse

Une activité sportive bien spécifique qui requiert des qualités physiques et psychologiques particulières. Il est vital de ne pas se tromper pour se reposer en toute confiance sur son animal pendant une partie de chasse. Des chiens loyaux et désireux de se rendre utiles. Et si vous ne chassez pas mais que vous aimez les grandes balades dans la nature ils seront aussi de parfaits colocataires.

Une dernière évidence

Il est bon de rappeler que votre lieu de vie a une importance capitale pour choisir son futur animal. Un chien d’agrément aura certainement plus sa place dans un appartement urbain qu’un gros molosse. Par contre, si vous êtes prêt à assumer les ajustements initiaux (destruction, réaménagement de votre intérieur, etc.) et de produire les efforts nécessaires (sorties sportives, éducation canine, etc.) il n’est pas incompatible que vous puissiez avoir un grand chien dynamique dans un petit logement. Votre capacité à apporter ce dont votre chien a besoin est la clé pour une relation harmonieuse. Si vous avez un doute, ne prenez aucun risque et attendez d’être en maison avec un grand terrain clôturé, par exemple, pour prendre un chien de grande taille qui a besoin de se dépenser.

Une approche scientifique

Méthode de Benjamin et Lynette Hart

C’est une étude scientifique menée par 2 comportementalistes américains qui leur a permis de classer 56 races de chiens selon 13 comportements typiques (dominance sur le maître, monter la garde, etc.). Ainsi ils en ont dégagé 3 grandes familles : agressivité, réactivité et prédisposition au dressage. 7 groupes ont été déterminés allant de l’agressivité élevée, réactivité faible et peu de prédisposition au dressage (Doberman, Rottweiler) à l’agressivité très faible, peu de réactivité et grande prédisposition au dressage (Bobtail, Basset Hound). Cette étude est basée sur les races les plus présentes dans les foyers américains et sur les observations faites par 48 vétérinaires et 48 juges canins.

Le test de Campbell

Il s’agit d’un test comportemental établi par William Campbell qui vise à prévoir les tendances comportementales d’un chiot en les soumettant à l’attraction, aux ordres et à la dominance de l’homme. L’objectif est de donner des chances supplémentaires à un futur propriétaire de choisir le chien le plus adapté à son mode de vie. C’est un test controversé dans le milieu vétérinaire et professionnel du chien. Malgré tout il s’avère que si l’on respecte à la lettre le protocole les résultats sont plutôt parlant dans une grande majorité de cas.